Jusqu’à maintenant, les médecins ne disposaient pas de données précises sur le terme optimal pour les grossesses jumellaires. Barbara Helgason/Barbara Helgason - Fotolia Des chercheurs internationaux ont compulsé 32 études pour aboutir à cette recommandation. Aucune étude de grande ampleur n’avait encore évalué la durée idéale de gestation permettant de réduire les risques de mortalité néonatale (décès entre la naissance et le 28e jour) ou de naissance d’enfants morts-nés lors des grossesses gémellaires (jumeaux), plus à risque que les grossesses uniques. Mais une étude publiée mercredi dans le British Medical Journal a permis de constater que le danger est minimisé lorsque l’accouchement a lieu lors de la 37e semaine de grossesse, soit trois semaines avant le terme habituel. Afin de prévenir les risques liés à ces grossesses particulières, il est courant de provoquer l’accouchement avant le terme des 40 semaines de grossesse. Cependant, les recommandations actuelles sont très variables d’un pays à l’autre et selon le type de grossesse: de 37 à 39 semaines pour les grossesses bichoriales (les bébés sont alimentés chacun par un placenta distinct) et de 34 à 37 semaines pour les grossesses monochoriales (un seul placenta pour les deux foetus). Pour identifier plus précisément le moment le plus opportun pour accoucher de jumeaux, une équipe internationale d’une trentaine de scientifiques a analysé 32 études publiées au cours des dix dernières années et menées auprès de plus de 35.000 femmes enceintes de jumeaux. Les chercheurs ont tenu compte à la fois du risque de mettre au monde des enfants morts-nés, qui augmente à partir de la 34e semaine, ainsi que du risque de mortalité néonatale (le bébé naît vivant mais décède dans le mois suivant), qui, lui, diminue à mesure que la femme approche de son terme…

Retrouvez l' article original dans son intégralité sur sante.lefigaro.fr